Édition spéciale : Une nouvelle fois l’UMR unique rejetée !

Les résultats de la consultation du COPIL sont éloquents :  109 votants pour une UMR unique sur 574 inscrits.

Et comme l’écrit le COPIL: « Le déploiement du projet mise d’abord sur l’adhésion de tous les personnels » (p2 de la lettre aux tutelles septembre 2016).

Nous invitons donc le COPIL à s’auto-dissoudre après s’être auto-saisi.

Autre possibilité : Créer une nouvelle UMR pour ces 109 votants.

Une réflexion sur “Édition spéciale : Une nouvelle fois l’UMR unique rejetée !

  1. Bonjour,
    Je ne sais pas si c’est encore possible. Mais dans l’histoire un directeur a déjà démissionné à la demande de son personnel : il s’agit de Urbain Jean Joseph Le Verrier astronome et directeur de l’Observatoire de Paris. Voici les faits :

    « Le 30 janvier 1854, Le Verrier est nommé directeur de l’Observatoire de Paris, succédant à François Arago et prenant le contrepied de la politique de son prédécesseur. Il fait notamment démolir, pour y aménager ses appartements[6], l’amphithéâtre construit par ce dernier, et entreprend une réorganisation totale qu’il n’arrivera pas à mener à terme par manque de crédits : division fortement hiérarchisée du travail (les observateurs sont payés 15 centimes à l’étoile observée, surveillance des travailleurs[1]), appliquant le modèle anglais de la révolution industrielle au domaine de l’astronomie[7]. Il y fera établir un catalogue de 306 étoiles fondamentales.

    Mais il s’y montre si colérique et odieux que, à la suite de plusieurs pétitions et de la démission d’une soixantaine d’astronomes de l’Observatoire de Paris, et malgré son appartenance politique, il est relevé de ses fonctions en 1870 par décret impérial[note 2]. Il démissionne en même temps du conseil général de la Manche, puis du Bureau des Longitudes. »
    Source : Wikipedia sur Le Verrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *