Expression Directe

Nous avons tous reçu les résultats de la consultation du collectif ALO. L’atelier 53 a lu la centaine de commentaires postés librement et anonymement par les agents (référencés par un numéro) . Ces témoignages, parfois poignants, sont un reflet sans filtre de ce que pensent nos collègues. En voici quelques extraits.

Ils sont nombreux à ne pas voir le projet scientifique :

4 « Le rapprochement entre thématiques de recherche me semble très forcé et très artificiel »

961 « « On » a vraiment mis « la charrue avant les bœufs »: il y a un manque criant de projet scientifique justifiant cet effort de réflexion voire de regroupement »

919 « le fil conducteur est géographique (la vallée !?) plutôt que scientifique […] Le projet semble de nature politique et on cherche un peu désespérément à lui adjoindre un support scientifique. »

250 « Toujours pas de projet scientifique commun justifiant la refondation après 10 mois de discussions !!! »

268 « Aucun projet scientifique fédérateur pour les 5 labos a été identifié. »

415 « Je n’ai pas vu de projet scientifique sur lequel je devais adhérer »

1515 « Mon GT scientifique a fonctionné de façon démocratique, il n’en est pas ressorti de justification pour une fusion. »

811 « malgré le grand nombre d’heures passées dans les GTs, ce projet je ne le vois pas. Au fil du temps, il est de plus en plus clair que seules les motivations financières conduisent cette refondation [les] personnels ne voient pas l’intérêt de continuer cette mascarade… » etc…

Ils sont venus, ils ont vu et ils ne sont pas dupes :

16 : « J’ai eu le sentiment d’avoir travaillé à définir des solutions alternatives à la fusion des laboratoires… Tout en sachant pertinemment que la décision de la fusion était déjà prise »

376 « Tout le travail des GT était à mon avis juste un écran de fumée pour nous faire penser qu’on décidait de nous-mêmes cette fusion. »

781 « La phase I n’est qu’un monumental pipo. Donnons la parole aux agents pour limiter l’inquiétude, voire velléité de grogne. En cas de protestation à venir, nos leaders pourront lancer « mais on vous a donné la parole »

1129 « activité vaine : tout ça pour gérer la pénurie et le sabordage de la recherche publi[que] »

22 « J’ai l’impression que ces phases sont là pour brasser de l’air. Que quoi que l’on fasse tout est déjà acté, je ne pense pas être le seul, et je pense qu’on va tous subir ce qui va se passer. »

265 « Le COPIL a choisi les morceaux du rapport de notre GT qui allaient dans son sens tout en omettant de gros morceaux. Le travail effectué a été très partial. »

307 « Le processus des groupes de travail a été une démocratie de façade ; c’est un simulacre de concertation pour faire accepter une décision prise en amont et faire croire que cette dernière émane des personnels. »

430 « La phase 1 a toutes les caractéristiques d’un processus auquel rien ne pourrait changer le résultat escompté par le COPIL : la fusion. Il cherche à faire croire que le personnel adhère a ce processus. Ce n’est pas le sentiment exprimé par le personnel lors de nombreuses discussions informelles. Le personnel est plutôt contre une mutualisation des fonctions »

640 « Les recommandations du CILO me semblent avoir été ignorées par le COPIL et la confiance dans le processus de concertation est bien entamée dès le départ. »

« Tout ceci a donc été comme on s’y attendait une vaste mise en scène, l’écriture « collective » du Roman de la Refondation. »

346 « Une structure centralisée est optimale pour le contrôle et « l’efficience » mais tue la spontanéité indispensable dans nos domaines »

415 « Les participants de ces groupes ne parlent pas de la même manière en-dehors du groupe et au sein de ces groupes (probablement : la pression des chefs et des collègues).»

574 « thèmes phares lancés sans concertation avec les chercheurs de base. Trop de mégalomanie. »

172 « Relativement peu de place pour les expressions des agents »

913 « Le CNRS et la culture de recherche Française a toujours valorisé des structures de différentes tailles afin de pourvoir à l’ensemble des domaines de recherche, favorisant de multiples points de vue ! La pensée unique est pour ma part une BÊTISE et qui si elle est généralisée, me fera douter de l’engouement que j’ai aujourd’hui pour mon travail ! Je penserais donc pour la première fois à partir du CNRS je ressens une méfiance grandissante quant au sérieux de la chose ! N’est-elle qu’un coup médiatique ? Une envie de grandeur d’un homme ? Ou une simplification de la structure, voulue par une administration fainéante ? Si l’ensemble du personnel travail dans la recherche publique c’est par passion et pas pour le salaire, nous le savons tous ! Donc attention si vous transformez un travail « de passion » en un travail « barbant », pourquoi rester ? »

Ils ont aimé :

163 « Plutôt réussie dans l’ensemble »

193 « phase rapide mais qui était nécessaire pour pouvoir avancer »

1060 « Extrêmement positive, beaucoup appris sur les autres laboratoires, renforcé dans ma conviction que notre avenir est en commun »

1479 « Cette phase me satisfait. Elle a permis des discussions sur tous les aspects en jeu (ayant participé à trois groupes de travail, je peux en témoigner). »

1527 « j’ai apprécié »

Ils ont trouvé que ces GT étaient chronophages et épuisants :

10 « Quelle perte de temps ! Si, comme les instances ont l’air de le suggérer, une fusion est nécessaire, qu’elles prennent leur responsabilité et qu’elles disent la forme qu’elles souhaitent voir mise en place. Inutile de lancer toutes ces consultations si c’est pour déformer les propos de certains ou ne pas écouter les desiderata des personnels ! »

502 « Il me semble que la stratégie du COPIL consiste à nous épuiser jusqu’à ce que l’on accepte n’importe quoi pourvus que les réunions cessent. »

619 « Sur le plan psychologique, j’ai trouvé personnellement cette phase très éprouvante. J’en sors épuisé et n’ai aucune envie de m’investir dans la phase suivante. »

1096 « Je n’ai plus de temps à perdre maintenant… »

907 « Cette phase a au moins le mérite de faire rencontrer les personnes, mais c’est peut-être le seul ! »

658 « Les GT ont permis de prendre connaissances des activités de certains collègues et de leurs inquiétudes. C’est le seul point positif. »

Ils posent des questions, soumettent des réflexions, et/ou proposent des pistes :

265 « Est-ce que les membres du COPIL auront le droit d’être directeur de la nouvelle structure ? »

661 « Travaillons ensemble d’abord et puis peut-être après quelques années de retour réfléchissons à se regrouper. »

469 « Comment une première phase, d’environ 35 GT, peut déboucher sur une seconde phase de réflexion (dans laquelle les GT sont « regroupés ») avec plus de 50 GT ? »

1072 « les CHSCT doivent être consultés, ce qui n’est toujours pas le cas. »

79 « Il est indispensable d’utiliser les conclusions des GT phase I comme base de travail pour la suite (pas de macro services techniques, lien étroit entre experts du même métier, proximité entre IT et infrastructures scientifiques) prendre en compte les inquiétudes des agents »

139 « Je ne trouve pas la place de mon activité dans les ateliers proposés pour la refondation »

1084 « de solutions simples seraient à préconiser en premier temps, comme la valorisation de P2IO, fédérer les équipes de recherche et projets, les services techniques et les installations.»

1117 « Plusieurs alternatives devraient être proposées par le COPIL, avant description détaillée de leurs mérites respectifs. Il semble qu’une seule option ait été retenue.»

463 « La phase 1 a mis en évidence une inquiétude majeure de la majorité du personnel. Or cette inquiétude semble très sous-estimée par le COPIL à travers la synthèse. De plus, l’IN2P3 avait « promis » une consultation du personnel, chose qui semble être passée aux oubliettes. »

121 « Reste à éviter les problèmes liés aux modifications des fiches de travail des personnels qui entraîneraient un mal-être, une déqualification, une mise au placard. »

151 « Si je me reconnais dans les CR des différents groupes de travail, je ne me retrouve pas dans le retour que le COPIL a produit à partir des outputs de ces groupes de travail »

721 « nous n’avions pas envie d’aller vers un gros laboratoire avec de gros services technique complètement dissocier des chercheurs. »

1123 « L’AG IPN/CSNSM/IN2P3 a montré que la direction de l’IN2P3, pour une raison incompréhensible, apporte son plein soutien au projet UMR unique, mais ne veut pas mener la danse… »

1234 « la Direction de l’IN2P3 répond par un “serrage des boulons” en repliant ses labos d’Orsay sur eux-mêmes. Or c’est l’ouverture scientifique qui est nécessaire pour résoudre les grands problèmes tels que matière ou énergie noire (par ex). Pas la transformation en une forme d’ “institut des grands équipements” géré comme une entreprise. »

1294 « Une fusion s’avère compliqué en ce sens, en revanche renforcer nos actions communes entre entité et développer les réseaux dans nos métiers s’avère crucial pour survivre sinon comme dans beaucoup d’autres entités le choix se portera sur de l’externalisation » etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *